dimanche, janvier 24, 2021
No menu items!
Home Economie UNE GESTION ‘’COMMUNAUTAIRE’’

UNE GESTION ‘’COMMUNAUTAIRE’’

Les circonstances douloureuses de la vie emmènent parfois à s’apitoyer sur son sort. Cependant, plutôt que d’abandonner et de subir la vie, Gertrude Abenan Koffi a choisi de la vivre en l’affrontant. En effet, après de longs mois passés à lutter contre l’insuffisance rénale, le mari de maman Gertrude comme l’appellent ses filles s’en allé laissant derrière lui une femme et 3 enfants. Sans mari et sans soutien, Gertrude décide de prendre le taureau par les cornes pour assurer un lendemain radieux à elle et sa progéniture.

Avec 5 000 francs, celle-ci s’achètent deux sacs de charbons qu’elle se met à revendre en détails. Au fil du temps et avec une bonne gestion, Gertrude parvient à avoir suffisamment de revenus pour s’ouvrir un magasin de vente d’œufs. Puis, un autre de vente de pagne. S’en suivra l’ouverture d’un restaurant, d’une cafétéria, d’un salon de beauté et de bien d’autres commerces dans la ville d’Agnibilékro.Comme à ses habitudes, le samedi 9 mai 2020, Gertrude s’est rendue dans chacune de ses propriétés pour jeter un œil sur la gestion de ses biens. C’est à cet exercice qu’une équipe de PepeSoupe l’a trouvée à 10 heures 35 minutes au quartier Liberté d’Agnibilékro, dans un de ces magasins de vente de pagne, de lingerie et de bassines.

Grâce à la gestion rigoureuse de ses biens, Gertrude emploie dans tous ses commerces une trentaine de personnes qu’elle rémunère chaque mois. Après l’exercice comptable, maman Gertrude dit se retrouver avec un minimum de 160 mille francs le mois.Bien que nanti de plusieurs biens aujourd’hui, maman Gertrude ne cesse de chercher une meilleure place au soleil pour elle et ceux dont elle a la charge.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisment -

Most Popular

Recent Comments