samedi, janvier 23, 2021
No menu items!
Home Economie MIRADOR : LE VENDEUR DE CHAUSSURES TOUJOURS EN COSTUME CRAVATE NŒUD

MIRADOR : LE VENDEUR DE CHAUSSURES TOUJOURS EN COSTUME CRAVATE NŒUD

Samedi 02 mars 2019, il est 11 heures 55 minutes et la grouillante commune d’Adjamé ronronne des bruits de moteurs et de toutes les activités qui y ont court. Dans ce tintamarre et cette atmosphère caniculaire, adossé à la clôture de l’immeuble Mirador qui abrite entre autre le siège de la SICOGI, est INSTALLÉ sous un parasol monsieur KEITA Mory dit Fally Chaussure ; vendeur de chaussures de vestes et autres accessoires de mode d’occasion.

Monsieur KEITA Mory dit Fally Chaussure qui a 32 ans, ivoirien originaire de Gbéléban dans l’extrême Nord-Ouest de la Côte d’Ivoire a une passion : bien s’habiller.
Et pour lui être bien habillé, c’est être vêtu d’un costume et de belles chaussures. C’est le sacerdoce qu’il entend remplir jusqu’à la fin de ses jours.
Quand on lui demande comment il s’est retrouvé à vendre des chaussures à cet endroit, ce polygame qui a deux femmes et cinq (05) enfants répond qu’il tient son commerce sous ce parasol au pied de cette clôture parce qu’il n’a pas les moyens de louer un magasin trop cher. Cette situation n’ébranle en rien son optimisme car selon lui, cette activité lui permet de subvenir aux besoins de sa famille.

A la question de savoir pourquoi le choix de se vêtir en costume en tout temps en ce temps de chaleur monsieur KEITA aura cette réponse : «depuis que j’ai 13 ans j’ai fait le choix de me vêtir ainsi tous les jours. Lorsque je ne suis pas en veste, je ne suis pas à mon aise. C’est seulement à la maison que je m’habille de façon décontractée. Et ça ne me gêne nullement dans mon travail au contraire ça attire les clients. Tout à l’heure vous m’avez bien vu cirer une chaussure»

Monsieur KEITA Mory s’approvisionne auprès de grossistes qui importent du Ghana et par d’autres voies. Les chaussures sont revendues à partir de 3.000 F CFA à 100.000 F CFA et plus selon les modèles. Fally Chaussure est d’autant fier que des artistes viennent selon lui acheter des chaussures rares chez lui. Ce jeune homme qui avoue n’avoir pas eu la chance d’aller à l’école a un bon niveau de langue. Il exerce cette activité avec son fils aîné de 15 ans et un jeune homme à qui il assure la ration alimentaire et les petits besoins.

Au chapitre des difficultés, monsieur KEITA dit que lui et ses collègues ont des fois maille à partir avec les responsables de la SICOGI qui demandent leur déguerpissement. A la question de savoir s’il aimerait travailler pour quelqu’un ou aller « se chercher » en Europe, Fally chaussure affirme qu’il a eu une proposition pour travailler en qualité de vendeur dans un magasin de mode mais a décliné. Pour l’Europe, il dit rêver d’y aller mais pas pour s’y installer mais plutôt pour acheter de la marchandise et revenir la vendre ici car il est persuadé que c’est ici que se trouve son bonheur.

Monsieur KEITA Mory dit Fally Chaussure rêve d’être propriétaire d’un magasin de chaussures et de vêtements pour mieux s’adonner à sa passion et bien s’occuper de sa famille.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisment -

Most Popular

Recent Comments