mercredi, janvier 20, 2021
No menu items!
Home Economie DANS L’ATTENTE D’UN LENDEMAIN MEILLEUR

DANS L’ATTENTE D’UN LENDEMAIN MEILLEUR

Vendre les boubous, c’est à cette activité que Kady Sawadogo s’adonne depuis quelques temps. Sans grands moyens pour se louer un magasin, la vendeuse n’a d’autre choix que d’aller vers ses clients. Ainsi, pour proposer ses vêtements, la commerçante se promène dans les quartiers de Yopougon, commune où elle réside avec son mari et ses 4 enfants.

Dans un échange avec PepeSoupe, ce mercredi 22 avril 2020, Kady a avoué que le commerce ambulant l’épuisait parfois, mais qu’elle en tirait des avantages. Notamment, une clientèle composée pour la plupart des fidèles des différentes mosquées, à proximité desquelles elle s’asseyait aux heures de prière dans la journée. Parlant des prix de ses boubous, la jeune femme a fait savoir qu’ils variaient en fonction de leurs tailles et de leurs qualités. « Il y a différents prix au niveau de mes boubous. Je fais les plus petits à 2000 francs CFA, les moyens coûtent 3500 francs CFA et les plus grands sont à 4000 francs CFA », a-t-elle expliqué.

Pour ce qui est de ses gains, Kady a reconnu que la période actuelle avait considérablement impacté son activité. Ce qui selon elle, l’empêchait de gagner 10 ou 15 milles francs comme par le passé. Désormais, c’est avec une recette journalière comprise entre 5 et 8 mille francs CFA, qu’elle rentre chez elle au soir de ses ventes. Malgré cette situation, Kady espère que les conditions dans lesquelles elle exerce son activité, s’amélioreront un jour, afin qu’elle puisse se louer un espace pour développer son commerce.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisment -

Most Popular

Recent Comments